Dans l’article précédent, les fondements sur la pérennité de l’œuvre et la longévité de l’artiste centenaire ont été évoqués, en exposant notamment, les brillantes carrières des artistes centenaires, tels qu’Anna Mary Robertson Moses, Pierre Soulages, Tōkō Shinoda… En effet, les œuvres de ces grands artistes, ont encore la côte dans le marché de l’art. Mais, est-ce un héritage artistique indéfectible ou transitoire ? Bien que certains points probants, aient été présentés auparavant, des réponses concrètes et inattendues seront apportées dans la suite de cet article.

Presque qu’Artiste centenaire : Agnes Varda / Jr

Une piqûre de rappel

Sur la durée de la protection des droits d’auteur :

Artiste centenaire ou non, si l’on considère  que la propriété intellectuelle, comprend les droits exclusifs, accordés sur des créations intellectuelles, dont la propriété littéraire et artistique, fait partie ; il ne faut pas trop compter sur sa pérennité !

En effet, que ça soit, à l’échelle International, Européenne ou National, l’œuvre de l’artiste ne lui appartient pas éternellement.

Officiellement : « La transposition de la directive européenne du 29 octobre 1993 relative à la durée de la protection des droits d’auteur est intervenue en France avec la loi du 27 mars 1997. Cette loi porte la durée de protection des droits d’auteur à 70 ans post-mortem au lieu de 50 ans, ce qui signifie que 70 ans après le décès de l’auteur, l’œuvre tombe dans le domaine public. Cette loi, qui devait tendre à une harmonisation des législations européennes sur la durée de la protection des droits d’auteur, a suscité davantage de difficultés qu’elle n’en a résolu ».

En vérité, rien ne dure vraiment…”  

Point déjà évoqué dans l’article précédent

En effet, mais il y a plus !

Fatalité vs Solution

En réalité, la solution à ce dilemme, est plutôt philosophique et pas exclusivement du domaine civique.

Ainsi, que l’on soit profane ou non, le livre de l’Ecclésiaste, à forcément édifier tous ceux qui l’ont consulté.

Dès lors, considérons la philosophie, du roi-philosophe Salomon :

O Amor Sabedoria do Rei Salomão

Avant d’être un artiste centenaire, j’ai dit en mon cœur : allons ! Je t’éprouverai par la joie, et tu goûteras le bonheur. Et voici, c’est encore là une vanité. 2 J’ai dit du rire: Insensé ! Et de la joie : A quoi sert-elle ?  3 Je résolus en mon cœur de livrer ma chair au vin, tandis que mon cœur me conduirait avec sagesse, et de m’attacher à la folie jusqu’à ce que je visse ce qu’il est bon pour les fils de l’homme de faire sous les cieux pendant le nombre des jours de leur vie. 

4 J’exécutai de grands ouvrages : je me bâtis des œuvres et des maisons ; je me plantai des vignes ; 5 je me fis des jardins et des vergers, et j’y plantai des arbres à fruit de toute espèce ; 6 je me créai des étangs, pour arroser la forêt où croissaient les arbres.  7 J’achetai des serviteurs et des servantes, et j’eus leurs enfants nés dans la maison; je possédai des troupeaux de bœufs et de brebis, plus que tous les artistes qui étaient avant moi dans Jérusalem. 8 Je m’amassai de l’argent et de l’or, et les richesses des rois et des provinces. Je me procurai des chanteurs et des chanteuses, et les délices des fils de l’homme, des femmes en grand nombre ».

Paraphrase : Ecclésiaste 2

Artiste centenaire ou vanité des vanités ?

9 je devins un grand artiste centenaire, plus grand que tous les artistes qui étaient avant moi dans Jérusalem. Et même ma sagesse demeura avec moi. 10 tout ce que mes yeux avaient désiré, je ne les en ai point privés ; je n’ai refusé à mon cœur aucune joie ; car mon cœur prenait plaisir à tout mon travail, et c’est la part qui m’en est revenu. 11 puis, j’ai considéré tous les ouvrages que mes mains avaient faits, et la peine que j’avais prise à les exécuter ; et voici, tout est vanité et poursuite du vent, et il n’y a aucun avantage à tirer de ce qu’on fait sous le soleil ».

Paraphrase : Ecclésiaste 2

Artiste centenaire : un constat navrant ?

12 Alors j’ai tourné mes regards vers la sagesse, et vers la sottise et la folie. Car que fera l’homme qui succédera au plus grand artiste centenaire ? Ce qu’on a déjà fait. 13 Et j’ai vu que la sagesse a de l’avantage sur la folie, comme la lumière a de l’avantage sur les ténèbres ; 14  le sage a ses yeux à la tête, et l’insensé marche dans les ténèbres. Mais j’ai reconnu aussi qu’ils ont l’un et l’autre un même sort.

 15 Et j’ai dit en mon cœur : J’aurai le même sort que l’insensé ; pourquoi donc ai-je été plus sage ? Et j’ai dit en mon cœur que c’est encore là une vanité. 16 Car la mémoire du sage n’est pas plus éternelle que celle de l’insensé, puisque déjà les jours qui suivent, tout est oublié. Eh quoi ! Le sage meurt aussi bien que l’insensé ! 17 Et j’ai haï la vie, car ce qui se fait sous le soleil m’a déplu, car tout est vanité et poursuite du vent ».

Paraphrase : Ecclésiaste 2

L’œuvre, le sage et l’insensé…

18 J’ai haï tout le travail que j’ai fait sous le soleil, et dont je dois laisser la jouissance à l’homme qui me succédera. 19 Et qui sait s’il sera un artiste centenaire, un sage ou un insensé ? Cependant, il sera maître de tout mon travail, de tout le fruit de ma sagesse sous le soleil. C’est encore là une vanité. 20 Et j’en suis venu à livrer mon cœur au désespoir, à cause de tout le travail que j’ai fait sous le soleil. 21 Car tel homme a travaillé avec sagesse et science et avec succès, et il laisse le produit de son travail à un homme qui ne s’en est point occupé. C’est encore là une vanité et un grand mal. 

22 Que revient-il, en effet, à l’homme de tout son travail et de la préoccupation de son cœur, objet de ses fatigues sous le soleil ? 23 Tous ses jours ne sont que douleur, et son partage n’est que chagrin; même la nuit son cœur ne repose pas. C’est encore là une vanité. 24 Il n’y a de bonheur pour l’homme qu’à manger et à boire, et à faire jouir son âme du bien-être, au milieu de son travail; mais j’ai vu que cela aussi vient de la main de Dieu. 25 Qui, en effet, peut manger et jouir, si ce n’est moi? 26 Car il donne à l’homme qui lui est agréable la sagesse, la science et la joie; mais il donne au pécheur le soin de recueillir et d’amasser, afin de donner à celui qui est agréable à Dieu. C’est encore là une vanité et la poursuite du vent ».

Paraphrase : Ecclésiaste 2
Illustration du roi Salomon

L’ultime conseil d’un artiste centenaire

1 Moi, l’artiste centenaire, je te dis à toi jeune homme, réjouis-toi dans ton jeune âge, et que ton cœur te rende content aux jours de ta jeunesse ; marche comme ton cœur te mène et selon le regard de tes yeux. Mais sache que pour toutes ces choses Dieu te fera venir en jugement. 2 Bannis le chagrin de ton cœur et éloigne de ta chair la souffrance, car la jeunesse et l’aurore sont vanité. 3

Paraphrase : Ecclésiaste 12

N’oubliez jamais ceci…

Souviens-toi de ton Créateur pendant les jours de ta jeunesse, avant que viennent les jours mauvais et qu’arrivent les années dont tu diras : je n’y prends point de plaisir ! 4 avant que s’obscurcissent le soleil et la lumière, la lune et les étoiles, et que les nuages reviennent après la pluie ; 

5 alors que les gardiens de la maison tremblent, que les hommes forts fléchissent ; avant que les meunières soient oisives, parce que leur nombre est réduit ; que celles qui regardent par les fenêtres se voilent, 6 que les deux battants de la porte se ferment sur la rue ; quand le bruit de la meule baisse et devient comme la voix d’un petit oiseau, et que toutes les filles du chant s’affaiblissent ; 

7 alors aussi, on s’effraie des hauteurs et l’on a peur en marchant ; l’amandier pousse ses fleurs, la sauterelle devient pesante et la câpre est sans effet, car l’homme s’en va vers sa demeure éternelle, et les pleureuses parcourent les rues ; 8 avant que le cordon d’argent se détache et que le vase d’or se rompe, que le seau se casse sur la fontaine et que la roue brisée tombe dans le puits, 9 et que la poussière retourne dans la terre, comme elle y avait été, et que l’esprit retourne à Dieu qui l’a donné ! 10 Vanité des vanités, dit l’artiste centenaire, tout est vanité ! »

Paraphrase : Ecclésiaste 12

Epilogue :

11 Comme d’ailleurs l’artiste centenaire était sage, il a enseigné aussi la science au peuple ; il a médité et scruté, et il a composé de nombreuses maximes. 12 L’artiste centenaire s’est appliqué à trouver des paroles agréables ; elles ont été écrites avec droiture, ce sont des paroles de vérité. 13 Les paroles des sages sont comme des aiguillons et les collections de sentences sont comme des clous bien plantés ; ils sont donnés par un seul berger. 14 Au reste, mon fils, sois sur tes gardes ! On fait des livres à n’en pas finir, et trop étudier fatigue le corps. 

15 Ecoutons donc le résumé de tout le discours : Crains Dieu et garde ses commandements, car c’est là le tout pour l’homme. 16 Car Dieu fera venir en jugement toute œuvre, tout ce qui est caché, soit bien, soit mal ».

Paraphrase : Ecclésiaste 12

Amis artistes suite à votre lecture, une question fondamentale se pose à vous. Dans l’hypothèse qu’un jour, vos œuvres trouvent leur place dans un musée, de manière permanente : savez-vous où vous, vous allez passer votre éternité ?

Vous aimez ce blog ? Cliquez sur : je m’abonne !